أنت هنا:Articles en français»L’Algérie est un pays sunnite et non chiite

L’Algérie est un pays sunnite et non chiite

  • Toufik Amrouni
L'Article a été vu 5511 fois

L’Algérie est un pays sunnite et non chiite

Nous sommes vraiment consternés, comme tout Algérien, par les diffamations et les insultes proférées par Sadiq Salymiyya à l’encontre des Compagnons du Messager d’Allâh – prière et salut sur lui –, surtout envers la mère des croyants ‘Aïcha, le scribe de la Révélation, Mou‘âwiya. Ce négateur (Slaymiyya) de la croyance sunnite et pure de sa nation est devenu un ennemi qui veut semer le doute au sein de la communauté musulmane à propos des fondamentaux de sa religion, déformer ses repères et ses constantes sacrées et étaler sans vergogne ses égarements dans les différents organes de presse.

Personne n’est autorisé à diffamer Mou‘âwiya ou les autres Compagnons – qu’Allâh les agrée –, car le statut de Compagnon du Prophète – prière et salut sur lui – est absolument inégalable. On ne peut jamais comparer, et encore moins préférer, un simple musulman à un Compagnon. Raison pour laquelle Ibn El-Moubârek, le plus érudit des musulmans à son époque, a tenu cette parole qui se perpétue encore. On lui demanda : lequel est meilleur, Mou’âwiya ou ‘Oumar Ibn ‘Abd El-‘Azîz ?il répondit : une poussière qui s’était introduite dans le nez de Mou‘âwiya, compagnon du Prophète – prière et salut sur lui –, a plus de valeur que ‘Oumar Ibn ‘Abd El-Azîz. » [Ech-Chârî‘a (5591)].

Les apparitions bruyantes et épisodiques du chiisme dans les médias visent à nous familiariser avec la présence des chiites et de leur éventuelle apparition. Nous leur annonçons que la volonté d’Allâh fera échouer leurs objectifs, car cette terre est bonne et l’arbre de la Sounna y a été planté depuis longtemps. Le chiisme ne s’y établira jamais. D’ailleurs, lorsque leurs ancêtres Fatimides (ou Obaydites) ont essayé, depuis environ dix siècles, de répandre cette doctrine malfaisante dans notre cher pays par la force du glaive et du feu, ils ont été rebutés et tenus en échec malgré leurs actes homicides et les tortures infligées à toute personne qui refusait le chiisme et s’abstenait d’insulter les Compagnons du Prophète – prière et salut sur lui –.

Ces chiites, humiliés, ont été chassés de cette patrie par nos valeureux ancêtres sous la conduite d’El-Mou‘iz Ibn Bâdîs en 435 de l’hégire. L’Algérie s’était débarrassée de ces hordes et son peuple s’en étaient tranquillisées. Depuis lors, on n’a jamais entendu parler de présence chiite en Algérie, excepté Salymiya et ses acolytes qui ne cessent, ces derniers jours, de courtiser les gouvernants pour tenter de se faire connaître, de marquer la présence de leur secte égarée et de trouver une place sous le ciel de ce pays.

Nous leur dirons que notre Algérie est une terre sunnite, et que le chiisme en est exclu. Cette terre est arrosée du sang d’hommes braves qui l’ont libéré du joug d’un colonialisme destructeur qui n’a jamais pu déformer son identité.

Les valeureux Algériens, avec leur grandeur d’âme, n’accepteront jamais que soient insultés les Compagnons du Prophète – prière et salut sur lui –, car l’homme noble est un fidèle qui préserve l’honneur de ses prédécesseurs et des maîtres de sa communauté. Il ne renie jamais leur mérite.

Nous demandons aux autorités d’instituer un arrêté criminalisant toute personne osant diffamer un Compagnon afin de préserver l’unité de notre nation, nos références et notre croyance, et de réprimer ces gens ingrats et pitoyables qui, lorsqu’ils occupent un pays, y sèment le désordre et les conflits entre la population, à l’image de ce qui se passe en Iraq, en Syrie, au Liban et au Yémen.

Puisse Allâh nous en préserver.