أنت هنا:Articles en français»Les Salafis et les Hanbalites

Les Salafis et les Hanbalites

  • Toufik Amrouni
L'Article a été vu 3108 fois

 

Voilà un propos aberrant, tenu par certains, qui consiste à dire : dans le domaine du droit, les salafis algériens se réclament de l’école hanbalite. Quelle erreur manifeste ! Il va sans dire que la Salafiyya ne contrecarre jamais les autres écoles juridiques musulmanes, qu’elles soient malékite ou autres ; elle s’y prête plutôt convenablement dès leur avènement. On doit, au contraire, désapprouver celui qui déroge au crédo des quatre imams revendiqué par les Pieux anciens, Es-Salaf.

Le crédo salafi n’est guère l’apanage de l’imam Ahmed, ni des Hanbalites ; « L’école des gens de la Sounna, disait Ibn Taymiyya, est fort ancienne, notoirement établie avant que Dieu n’ait créé Abou Hanifa, Malek, Ech-Châfii ou Ahmed. C’est l’école des Compagnons, legs du Prophète. » (Minhadj Es-Sounna ; 2/601)

Si certains se revendiquent de l’imam Ahmed, par-delà les divergences jurisprudentielles, c’est parce qu’il est une figure emblématique de la Sounna, et qu’il est fort honorable de se conformer à sa conduite.

L’exemple d’Abou El-Hassan El-Achaari est remarquable. Faisant acte de repentance en renonçant à l’idéologie moutazilite, il écrit dans son livre El-Ibânâ: « Notre parole, notre religion et notre foi s’attachent aux fondamentaux de l’islam : le Coran, la Sounna et les traditions léguées par les éminents Compagnons, par leurs successeurs et par les érudits du hadith. Nous y tenons fermement. Nous adoptons l’avis de l’imam Ahmed Mohammed Ibn Hanbal, puisse Allâh le rétribuer et l’anoblir, et nous décrions les paroles contraires à son avis. »

Il faut savoir qu’El-Achaari n’était pas d’obédience hanbalite. Il était au centre de vœux croisés, malékites et chafiites. Se conformer néanmoins au crédo de l’imam Ahmed, c’est se conformer au crédo des autres érudits, guides de l’islam.

« Rien ne distingue l’école hanbalite des autres écoles juridiques des gens de la Sounna, disait Ibn Taymiyya. Tout ce que disent les hanbalites se trouve partagé par les autres écoles de la Sounna. » Minhadj Es-Sounna. 2/601.

Le comble du ridicule est atteint lorsqu’un Salafi, à cause son crédo, se voit attribuer le label hanbalite.

Les Salafis invoquent l’argument et le savoir. Leur pleine adhésion à la Sounna est une de leur marque distinctive. S’ils emboitent le pas aux hanbalites dans certains aspects de leur foi (croyance, doctrine..), cela ne fait pas d’eux des hanbalites. S’en écarter dans d’autres ne les détache pas de la Salafiyya.

Une personne qui veut déprécier les Salafis en usant d’une telle allégation doit sortir de sa léthargie. Qu’il sache que la Salafiyya n’appartient pas exclusivement à l’imam Ahmed, ni à Ibn Taymiyya, ni à Ibn Abd El-Wahhab. La Salafiyya est l’islam authentique légué par le Prophète – prière et salut sur lui – aux Compagnons et qu’ils ont à leur tour transmis aux autres générations. C’est ce même islam que la Nation algérienne avait reçu des mains des premiers conquérants arabes.

Abderrahman El-Djilânî a énoncé dans son « Histoire générale de l’Algérie » 1/214 : « Le crédo islamique et tous les devoirs religieux étaient conformes à la voie salafie qui était nette et limpide, non entachée par une nouvelle voie particulière adoptée ultérieurement par les autres écoles et courants islamiques. » Et cela est attesté par moult exemples.

Puisse Allâh nous guider sur la voie droite.