أنت هنا:Articles en français»Mise en garde contre le faux savant, Chems Eddine Bouroubi et protestation d'innocence

Mise en garde contre le faux savant, Chems Eddine Bouroubi et protestation d'innocence

  • Groupe de prédicateurs
L'Article a été vu 1975 fois

 

Louange à Allâh seigneur de l’univers, prières et salut soient sur l’Envoyé de la miséricorde, Mouhammed Ibn ‘Abd Allâh ; que ces éloges soient sur sa famille, ses compagnons, et sur ceux qui le suivront à merveille jusqu’au Jour de la résurrection. Ceci dit.

Parmi les actes de piété les plus glorieux qui nous rapprochent d’Allâh – Elevé soit-Il – il y à le fait de contester les allégations des gens hérétiques en dévoilant leur statut juridique, en réduisant leurs arguties équivoques, en mettant en garde les gens contre eux, en appelant à les délaisser.

Les gens hérétiques ne cessent d’invectiver les adeptes de la Sounna, par les mensonges et les affabulations, par les surnoms moqueurs comme les hachawites, les anthropomorphistes, etc. Aboû Hâtim Ar-Râzî – qu’Allâh lui fasse miséricorde – a dit : « Le marqueur des hérétiques c’est de calomnier les gens de la Sounna, le marqueur des apostats c’est de nommer les gens de la Sounna moudjbirites, le marqueur des djahmites c’est de nommer les gens de la Sounna anthropomorphistes, le marqueur des chiites c’est de nommer les gens de la Sounna : ennemis de la famille du Prophète – prière et salut sur lui –. »

Nous sommes étonnés de voir s’ériger à la tête de la prédication islamique un homme inculte qui, injustement et mensongèrement, s’approprie le nom de « cheikh », de « mufti », de « prêcheur ». Il est promu par certains médias qui écoulent  son  savoir  de  pacotille,  alors  qu’en  réalité  ce  n’est  qu’un  intrus immiscé dans les cercles scientifiques et prédicatifs, un obstacle qui freine la diffusion de la religion musulmane.

Cette personne s’appelle Chams Eddine Bouroubi qui, sans vergogne, dans ses  déclarations,  dans  son  insipide  émission  télévisée  «  Insahoûnî  !  » (Conseillez-moi !) privée de conseil et gorgée d’idioties, de débilités et d’arrogance, s’en prenne aux érudits musulmans, anciens et contemporains, comme Ibn Khouzayma, Al-Barbahârî, Ad-Dârimî, Ibn Taymiyya, Ibn Al- Qayyim, Mouhammed Ibn ‘Abd El-Wahhâb, Ibn Bâz, Al-Albânî, Mouqbil Ibn Hâdî  –  qu’Allâh  leur  fasse  miséricorde  –  ainsi  qu’à  d’autres.  Il  dénigre

insidieusement  le  vénérable  compagnon  ‘Abd  Allâh  Ibn  Salâm  –  qu’Allâh l’agrée –.

Il devient désormais évident que cet infâme calomniateur ne poursuit qu’un seul but : combattre la voie du Prophète et dénigrer ses adeptes en les qualifiant tantôt de  hachawites  anthropomorphistes1, tantôt  de wahhabites  et  tantôt de pseudo-salafis ; il les taxe d’égarés, de rustres, d’insolents,prétendqu’ils représentent un danger imminent pour la nation et pour la religion.Ne démordant pas  de  l’idée  que  salafiya  et  terrorisme  sont  indissociables,  l’impudence  le pousse  jusqu’à  les  accuser  de  takfirisme,  à  vouloir  verser  le  sang  des musulmans. Il va ainsi de mensonge en mensonge, de calomnie en calomnie.

Tout ce ramassis d’inepties, de niaiseries sans nom, a été réuni dans un livre fade et insipide, ne commençant ni par le nom de Dieu ni par ses louanges, et intitulé « Les racines du mal »2. Mais à vrai dire le mal, c’est lui-même ! L’auteur a farci son médiocre ouvrage de mensonges, de fabulations et de faux- semblants ; les thèses absurdes et les spéculations des doctrines hétérodoxes y sont développées en long et en large. Toute honte bue, il prétend que la foi salafie est inspirée des croyances juives, et que vis-à-vis des versets coraniques traitants des attributs de Dieu, les salafis sont des anthropomorphistes. La pesanteur du style, la pauvreté de l’expression, la frivolité du raisonnement, le nombre incalculable de coquilles viennent renforcer davantage la médiocrité d’un livre déjà fort peu passionnant. Voilà qui révèle l’indigence intellectuelle de l’auteur et prouve qu’il est en dernière analyse qu’un misérable hâbleur.

Nous,  signataires  de  ce  présent  communiqué,  tout  en  accomplissant  le devoir sacré de prodiguer le bon conseil à la communauté des croyants, exprimons notre profonde désapprobation quant aux agissements de ce personnage malfaisant ; nous nous déclarons innocents des accusations dont il accable les salafis, les adeptes de la sounna et du groupe. Nous portons à la connaissance de ceux qui, par amour pour la religion, par soif du savoir ou par désir de divertissement, continuent  à suivre ses  émissions  télévisuelles, que Chams Eddine n’est pas apte à délivrer des fatwas, qu’il est  interdit de lui demander conseil ou de puiser la science religieuse chez lui. Nous engageons

aussi les autorités compétentes, afin de restaurer le prestige de la religion et de

1 Anthropomorphisme : tendance à concevoir la divinité à l’image de l’être humain. NDT.

2 Litt. « Djudhur al-bala’ ».

maintenir la cohésion sociale, à bien vouloir tout mettre en œuvre pour faire

taire ce genre de corrupteurs qui n’ont de cesse de propager des inepties.

Pour conclure, nous invitons Chams Eddine Bouroubi à retenir sa langue, à s’occuper de ses affaires et lui demandons de prêter une oreille attentive au sage conseil de feu Ibn Badis (que Dieu ait son âme) : « En matière de religion, prenez garde de vous exprimer, de délivrer des fatwas si vous êtes dépourvus du bagage scientifique nécessaire ! Et si vous voyez les gens vous admirer, prenez garde de les détourner du savoir et des vrais savants ! »3

Cette nation de miséricorde comptera toujours, par la grâce de Dieu, de vaillants hommes qui combattront le désordre sur terre. Allah dit dans le Coran :

« Dieu prendra toujours la défense de ceux qui ont la foi, car Dieu n’aime pas les traîtres ingrats. » (Coran, XXII, 38)

Dieu loue son Prophète, ses compagnons et sa famille. La conclusion de notre prière est : louange à Dieu, Seigneur de l’univers.

 

Alger, le 23/02/1438

Correspondant au 23/11/2016

 

Les signataires :

Pr. Mohammed Ali Ferkous

Le cheikh Azzedine Ramdani

Le cheikh Abd El Ghani Aoussat

Dr Abd EL Madjid Djemaa

Dr Abd El Khalek Madi

Le cheikh Nadjib Djelouah

Dr Réda Bouchama

Le cheikh Toufik Amrouni

Le cheikh Athman Aïssi

Le cheikh Abd El Hakim Dehas

Le cheikh Omar El Hadj Messaoud

Le cheikh Lazhar Senigra

 

 

 

 

3« Athar Ibn Badis », v. 2, p.275.